Produits nantais d'excellence

Différence entre aliment et complément alimentaire

Les compléments alimentaires

Selon la DGCCRF: Les compléments alimentaires sont des denrées alimentaires ayant pour but principal de compléter l'alimentation normale. Les compléments alimentaires constituant une source concentrée de nutriments ou d'ingrédients qui ont des effets nutritionnels ou physiologiques seuls ou en combinaisons avec d'autres. Ils sont vendus sous forme de doses et peuvent inclure des acides aminés, des vitamines, des minéraux, des herbes, des substances comme des enzymes et des métabolites. Les suppléments nutritionnels peuvent contenir des extraits ou concentrés et sont disponibles sous forme de comprimés, gélules, ampoules etc.
Pour vous résumer, il s'agit d'ingrédients qui sont conditionnés sous une dose précise.
 

Les super-aliments et aliments pour sportifs

Les super-aliments sont des produits naturels particulièrement riches en nutriments et comme bénéfiques en matière de santé et de bien-être . Ce terme ne possédait aucune définition légale, mais était au départ employé pour désigner des aliments riches en nutriments et minéraux, permettant ainsi de couvrir un grand nombre de besoins de l'organisme. 
 
Il y a une nuance avec les «aliments pour sportifs» qui concernant les produits sous forme de poudre (en vrac) comme les protéines, les gains et les acides aminés sous forme de poudre et non de doses précises. 
 

Incidence sur la législation et l'importation

En France, les compléments alimentaires ont le statut de denrée alimentaire spécifique et peuvent donc être commercialisés hors pharmacie.
 
Chaque complément alimentaire ou aliments pour sportifs mis sur le marché a été examiné par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes.
La DGCCRF vérifie entre autre, sur la base des données scientifiques les plus récentes, rédige des ingrédients dans le produit susceptible d'être préjudiciable à la santé.
 
La liste des ingrédients autorisés est par voie d'arrêté. La DGCCRF veille aussi à utiliser des allégations qui peuvent induire le consommateur en erreur. Ainsi les compléments alimentaires ne sont pas censés traités des maladies mais plutôt compléter une alimentation.